Procès Vaubulon

Interrogatoire de Marc VIDOT

1.264


Vidot


L’an 1697, le vingt-quatrième jour du mois de mai, Nous Louis BECHAMEIL, Che(valier)
Marquis de NOINTEL, Conseiller du Roi en ses Conseils, Me des Requêtes ordinaire de
son Hôtel, Commissaire départi par S.M. pour l’exécution de Ses ordres en 
Bretagne, et en cette partie par arrêt du Conseil d’Etat du 23e mars
dernier, étant en la Chambre Criminelle du Présidial de Rennes,
pù étaient aussi les Srs Officiers dudit Présidial en la personne du Sr René
LEPRÊTRE ? Sr du CORONNET, Sénéchal,

Tous assemblés pour l’exécution dudit arrêt du Conseil, où après avoir
procédé à la visite du procès criminel extraordinairement fait et parfait
à la requête du Sr GREFFIER procureur du Roi audit Siège, et en la 
pr(ésente) commission contre Michel FIRELIN, le Père Hyacinthe, Robert 
DU HAL, Jacques BARRIÈRE , Julien ROBERT et Marc VIDOT, avons mandé
ledit VIDOT accusé, lequel étant sur la sellette, et de lui le serment pris
de dire vérité, a été par nous interrogé ainsi qu’il ensuit :

Interrogé de son nom, âge, qualité, demeure et religion,
	A dit avoir nom Marc VIDOT, laboureur, natif de [ Rouvigne], ville
dépendante de la République de Venise, âgé de trente-trois ans ou
environ, ci-devant habitant de l’Ile de Bourbon, à présent détenu
prisonnier en les prisons de la ville de Rennes, et être de la Religion
Catholique, Apostolique et Romaine.

Interrogé,
	A dit que ROYER , cap(itaine) du Q(uartier) de Ste Suzanne, lui commanda
par robert DU HAL de la part du P. Hyacinthe et du
nommé FIRELIN de le trouver au Qu(artier) de St Denis le
samedi au soir, pour aider à arrêter le Sieur de VAUBOULON,
et qu’il lui défendit même d’en rien dire à la femme,
qu’il ne l’avait pas reçu plus tôt.

		1e page

		BECHAMEIL

1.265 Interrogé, A dit qu’il alla trouver le P. Hyacinthe le dimanche matin avec les nommés LA ROCHE et MACATTE, qu’il entendit ledit P. capucin parler, et qu’il croit lui avoir entendu dire qu’il était en vie ou mort, que de la ? à l’église, qu’il se promenait au dehors de ladite église en attendant que ledit Sr Gouverneur y fût entré, que ledit Sr gouverneur y étant entré il fut saisi par Robert DU HAL et DES ROCHERS et ROBERT, que lui répondant en ayant vu le nommé BIDON, se(crétaire) dudit Sr Gouverneur l’épée à la main, il tira son couteau pointu qu’il avait pour empêcher que ledit BIDON ne fît du désordre, ? ledit Sr Gouverneur ayant été arrêté,il cria audit P. Hyacinthe: "Mon P. sauvez-moi la vie" et que ledit P. Hyacinthe répondit : «amarrez-moi ce voleur», et qu’il accompagna ensuite ledit Gouverneur de l’église à la Maison du Roi avec tous les habitants, ledit P. Hyacinthe marchant devant avec son bâton à la main, que les habitants ayant voulu le mettre dans une chambre, ledit P. Hyacinthe dit qu’il fallait le mettre dans le cachot, les fers aux pieds, et qu’il répondait de tout. Lecture à lui faite du pr(ésent) interrogatoire, y a persisté et persisté, et déclaré que les réponses contiennent vérité, et interpellé de signer, a dit ne savoir signer ni écrire. 2de et dernière page BECHAMEIL
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence