Procès Vaubulon

Ordonnance prise par François RICQUEBOURG

2.279

Juillet 1692

Monsieur,

Voici la copie de l'ordonnance  que j'ai faite qui regarde
fort le Service du Roi et le public touchant la garde et
sentinelles sur les côtes et ailes de notre Ile. Suivant
vos ordonnances, que vous nous avez mis entre nos mains,
comme il y a quelques jeunesses qui ne trouvent pas à propos
ce que nous avons fait, c'est pourquoi je vous envoie la copie
afin que vous la fassiez de votre main, comme aussi la liste
qui est après, si vous le jugez à propos, et de la signer,
avec une ordonnance au bas, qui est ordonnée à tous,
habitants comme soldats de prendre les armes; et ceux
spécifiés et nommés ci-dessous dans la liste d'obéir à leur
chef qui leur commandera pour le Service du Roi et
conservation de l'Ile; et s'il y a quelqu'un des soldats
qui fasse refus des ordonnances qui leur seront signifiées,
soit verbal ou par écrit, Nous voulons que nos 
officiers nous en donnent avis au plus tôt, par un des
soldats tel qu'ils voudront nous envoyer pour leur
décharge, afin que nous en fassions justice, selon
qu'il est porté sur les ordres du Roi et dans
l'art militaire de la Guerre.
		Ordonnance pour la découverte

		De par le Roi,
Il est ordonné aux sousnommés d'aller faire la
garde et sentinelle aux Trois Bassins, sur le Cap, à la
découverte des navires, deux ensemble chaque semaine,
et avertiront les deux autres suivants du jour qu'ils
partiront de les relever de garde. Au même jour du
bout de la semaine que les précédents auront  parti
pourle même lieu, le lendemain de leur arrivée
audit Cap des Trois Bassins, partiront pour aller le long
de la côte voir s'ils ne découvriront point quelque
navire ou chaloupe qui voulussent mettre pied à
terre dans nos autres ports ou abordages, plus *
et suivront la côte jusqu'à la Rivière D'Abord *

2.280 ? découvriraient quelque navire ou chaloupe de nos ennemis, de faire diligence en donner avis un des deux aux officiers et habitants du Quartier de St Paul, et si lesdites sentinelles ayant fait leur voyage du lieu assigné de la Rivière d'Abord, s'ils ne voient aucune appercevance de navire ni de chaloupe de nos ennemis, de l'Eglise, de l'Etat, s'en reviendront le jour précédent qu'ils doivent être relevés de garde au lieu des Trois Bassins par les deux autres suivants, et ainsi s'observera par toutes les autres sentinelles de deux en deux, et continuera de même toute la liste , le tout spécifié ci-dessus en articles, et voulons que la pr(ésente) soit exécutée. Fait à St Paul ce 8 juillet mil six cent nonante et deux, dit jour et an, et avons signé l'original de la pr(ésente) copie par nous le Sr LAURET, et le Sr RICQUEBOURG. Liste des sentinelles envoyées sur les ailes de notre Ile pour la garde et découverte de nos ennemis de l'Etat : François MUSSARD avec François CAUZAN François RIVIÈRE avec Pierre LAUNAY Jacques LAURET avec Henry MUSSARD François RICQUEBOURG avec Gilles DENNEMOND Isaac BEDA avec Guy ROYER Lezin ROUILLARD avec Jacques LEMBOUQUITY, Pierre HIBON avec Etienne TOUCHART René HOUARAUT avec Pierre MOLLET Etienne HOUARAUT avec Henry MOLLET Georges DAMOUR avec Henry HOUARAUT Antoine BELLON avec Jacques PETIT Jacques FONTAINE le père avec François NATIVEL Antoine CADET avec Antoine FONTAINE Jean BLOCMAN avec Jacques FONTAINE le fils Jean ARNOUT avec Hervé FONTAINE François GRONDIN avec Jean FONTAINE Louis CARON avec LAOUANIF
C2620-1_0281 Monsieur, Nous vous envoyons l'ordonnance que nous avons fait sous vos ordres afin que ? copier si vous le jugez à propos et les signer avec une ordonnance, que nous soyons absolus dans les charges que vous nous avez ordonnées d'observer, dès lors que nous montons la garde pour le Service du Roi; nous la montons la corde au col et nous la descendons l'épée au poing. C'est pourquoi nous voulons être absolus de nos soldats de nous rendre obéissance en ce qui regardera le Service du Roi et le Service Public, dès lors que nous croyons avoir une Compagnie de soldats pour défendre l'Ile de nos ennemis; il se trouvera que nous serons seuls dans les combats si l'occasion se présentait, puisque, à présent, l'on parle de ne pas obéir aux ordonnances que je vous envoie, que nous avons faites sous vos ordres. Il y en a qui ont dit quand il y aurait quatre capitaines qui n'obéiront pas, même quand on les mettrait au cachot, qu'ils n'iront pas avec le monde qu'on leur donne, contenu dans la liste, c'est touchant la jeunesse dont nous parlons, qui veulent aller avec le monde qui leur plaît, jeunesse comme eux qui n'est autre chose que pour se divertir ensemble, afin afin que l'on ne voie point ni sachions leurs actions, nous croirons qu'ils feront la garde, ils seront dans d'autres lieux à leurs divertissements. Si nous ne sommes pas plus absolus ni obéis de nos soldats qu'à présent, touchant ce qui regarde le Service du Roi et le public, nous nous ferons pas casser la tête pour le plaisir des jeunesses, vu que le peuple se repose sur nous; si vous ne voulez pas qu'ils nous obéissent en tout ce qui concerne le Service du Roi, nous vous prions de nous dispenser de cette charge, et nous ferons aussi bien nos fonctions de soldats et avec plus d'obéissance que les jeunesses ne veulent faire, en vous priant de nous croire, toujours, Monsieur, Vos humbles et obéissants serviteurs F. RICQUEBOURG.
2.282 A Monsieur, Monsieur FIRELIN Commandant de l'Ile de Bourbon pourle Roi au Fort de St Denis
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence