Procès Vaubulon

Déposition de François MUSSARD

2.212 


            Déposition faite par François MUSSARD 
            habitant du quartier de St Paul, Ile Bourbon, à l’encontre
            de Jacques FONTAINE aussi habitant dudit lieu, le 3e
            septembre 1691, par devant Nous Commandant de 
            l’Ile Bourbon.
FIRELIN	
            Disant que le vendredi dernier jour d’août 1691, il serait
            parti de St Denis pour se rendre chez lui à St Paul, voyant
            qu’il y avait un navire qui faisait route de ce côté,
            et portant pavillon français, lequel avait passé St Denis
            devant la forteresse, sans saluer le pavillon du Roi ni
            sans faire aucun signal, ledit déposant ayant appris
            dudit FIRELIN, Commandant de ladite Ile, qu’il y avait un
            matelot dudit navire à terre, qui avait descendu à la nage
            au Quartier de Ste Suzanne, qui avait déclaré que ledit
            navire était venu ici en qualité d’espion, pour informer
            Messieurs DUQUESNES qui sont en Hollande de l’état et
            de la forêt de l’Ile, et ledit FIRELIN donna ordre audit déposant
            et plusieurs autres habitants dudit Quartier de St Paul d’arrêter 
            le capitaine dudit navire, en cas qu’il mît pied à terre.
            Déclare de plus ledit déposant qu’étant arrivé au Quartier de St 
            Paul, tout fatigué, fut au bord de la mer où il trouva
            Jacques FONTAINE et Jacques LAURET, habitants dudit St Paul,
            et les avertit de la part dudit Commandant de se tenir sur leurs
            gardes, et que c’était un espion; à quoi ledit Jacques 
            FONTAINE répondit qu’il suffisait que c’était un navire 
            français, en suite de quoi ledit déposant fut trouver le frère
            Anthoine, capucin, pour lui donner avis de ce qui se
            passait dudit navire; et en même temps, se transportèrent
            sur le bord de la mer, et quelque temps après, la chaloupe
            dudit navire vint à terre, le capitaine du vaisseau étant dedans. 
            Et comme il ne voulut pas mettre pied à terre, ledit Jacques 
            FONTAINE lui fut parler à la nage, et après être de retour,
            fut trouver le Frère Anthoine qui était avec ledit déposant
            et fit une réprimande audit FONTAINE, lui disant par quel
            ordre il avait été à bord de ladite chaloupe, à quoi ledit
            FONTAINE répondit qu’il ne croyait pas qu’il y eût du mal
            à cela, et que cela était pratiqué et qu’il était vrai
            qu’il y avait été et qu’il avait dit au capitaine dudit

2.213 vaisseau qu’il y avait bien du désordre dans l’Ile et que le Gouverneur était arrêté, et qu’il y avait un homme de la Compagnie qui commandait à sa place, sur quoi le Frère Anthoine lui dit que s’il y avait un cachot ici, il le ferait mettre en arrêt, et lui dit de se retirer chez lui, ce que ledit FONTAINE fit aussitôt avec ses enfants. A dit que c’est tout ce qu’il sait et a signé MUSSARD.
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence