Procès Vaubulon

Circonstances de la mort par Pierre MARTIN et Nicole COULON

2.096

Moi Pierre MARTIN et Nicole COULON ma femme
nous déclarons que le dix septième jour d'août
l'an mil six cent nonante deux, le Sieur FIRELIN
accompagné du Sieur Nicolas LE ROYER et de Sieur
Jan BIDON passèrent par la case du Sieur THALOUET
où le dit Dit TALOUET les pria de souper. Dont ils ont
soupé. Après souper, il commençait à parler de
Monsieur le Gouverneur disant si une autre
que Monsieur le Gouverneur menacés les uns et les 
autres de les faire pendre et pourrir dans un cachot.
Ensuite le Sieur FIRELIN conta une histoire qui
dit qu'il avait lu dans la bible d'un Roi nommé ASSUÉRUS
ET d'un grand ami qui s'appelle AMANT qui avait fait
dresser une potence pour pendre Mardochée
dont AMANT y fut pendu lui même, et ensuite le dit
FIRELIN disant c'est comme le Gouverneur qui
menaçait les uns et les autres de les faire pourrir
dans un cachot, mais le bougre y pourrira lui même
en se retournant devers le Sieur LEROY en lui 
disant: Monsieur vous savez ce qui vous avez à 
faire. Le dit LEROY lui répondit oui oui Monsieur
je m'en vais disant j’ai une médecine à donner
à Monsieur le Gouverneur, de suite le dit LEROY part.
[xxxxxxxxxxx a prit un père de xxxxper] le dit FIRELIN
demanda où est Monsieur LEROY . La dite COULON

C2620-1_0097

lui a répondu ils on s'est en allé Monsieur FIRELIN
a dit bon, voilà qui est bien, et ensuite il s'en est 
en allé accompagné de Jean BIDON et de Jacques BARRIERE
dit DESROCHES habitants ils s’en furent à St Denis où ils
firent un tintamarre que tous les logis ont tremblé
et le dit FIRELIN se faisant porter sur son lit en	
chantant son requiem ensuite le dit LEROY et le dit
BIDON s'en retournèrent chez le dit THALOUET au coq
chantant, disant qu'il s'étaient retournés pour
soigner la négresse au dit THALOUET en racontant
eux-même la vie qu'ils avaient menée toute la nuit.
Le lendemain au matin dix huitième jour d'août l'appelé
Louis BRIERE alla sur les neuf heures du matin
pour porter un bouillon à Monsieur le Gouverneur
dans le cachot où il le trouva mort . Il s'en fut
avertir tous les habitants du quartier dont ils sont
venus là où ils ont trouvé le gouverneur mort ils
ont vu que Le Gouverneur avait les pieds et les
mains tout enflés et tout bleus. Le dit TALHOUET
a dit au Sieur FIRELIN qu’il sera bon de l'ouvrir
pour voir la cause de sa mort. Le dit FIRELIN
se prend à rire et à dire qu'il fallait aller chercher
du baume pour l'embaumer. Sur les trois ou 
quatre heures du soir le Sieur Gouverneur
a été enterré. En quoi de foi nous avons mis nos 
marques ne sachant écrire comme étant véritables
en présence des témoins soussignés

Marques de 
Maître Pierre MARTIN, 
madame Nicole femme du dit Pierre MARTIN

Signature de Jacques HENRY et TOUCHARD


Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence