Procès Vaubulon

Requête de Pierre MARTIN

2.230

			Monsieur,


		Monsieur FIRELIN Commandant de l'Ile Bourbon,

9			

FIRELIN   Supplie humblement Pierre MARTIN, habitant de cette
          Ile vous remontrer que défunt Monsieur de VAUBOULON
          Gouverneur lui a fait payer la somme de cent quarante
          et une livres touchant la mort d'une petite négresse
          appartenant aux héritiers de Denis ARNOUX, arrivée
          chez lui par accident, lorsque Nicole COULON sa femme
          la voulait châtier de ses fautes, c'est pourquoi ledit
          défunt Sieur de VAUBOULON, sous prétexte de donner lettre
          de grâce, aurait condamné ledit Pierre MARTIN et sa
          femme de payer auxdits héritiers la somme de cinquante 
          livres tournois, une fois payé ce qui a été exécuté,
          suivant la quittance qu'ils ont, et pour sa bourse à lui,
          la susdite somme de quarante et une livres fort
          injustement, quoique l'an mil six cent quatre-vingt-
          un, Monsieur de BOUREAU commissaire, [ passant]
          sur le Soleil d' Orient ne lui avait condamné de payer
          aux susdits héritiers que la somme de vingt livres
          tournois, à quoi ledit suppliant se veut tenir, requérant
          que la somme de cent quarante-et-une livres tournois lui
          soit remboursée comme ayant été jugée concussionnairement
          au préjudice de la première sentence qui est dans les
          papiers dudit défunt Gouverneur qui, devant son décès, 
          vous prie de la rendre audit suppliant en présence de 
          Mre Jacques HERUY et de Elie LEBRETON, de plus ledit
          Pierre MARTIN requiert que lesdits héritiers lui
          remboursent la somme de vingt livres qui est le
          surplus de son premier jugement, se tenant toujours
          ferme audit premier jugement, le dernier étant
          inique et concussionnaire, mettant arrêt entre vos mains
          pour les susdits trente livres sur l'argent que peut
          prétendre les susdits héritiers, particulièrement sur
          l'argent que prêta Henri BROCUS comme étant le
          plus solvable, et que le tout demeure entre vos
          mains jusque'au premier navire. C'est à quoi le 
          suppliant conclut en faisant Monsieur, faire justice.
          Lequel Pierre MARTIN a mis sa marque ordinaire
          pour ne savoir signer, en présence des témoins
          soussignés, à St Denis ce premier septembre 1692

TALHOËT       marque de     +     Pierre MARTIN      Jacques HERUY

C2620-1_0231 Requête de Pierre MARTIN
C2620-1_0232-1 Monsieur, Monsieur FIRELIN Commandant pour Sa Majesté Très Chrétienne en l'Ile de Bourbon Au Fort de St Denis
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence