Procès Vaubulon

Lettre de RICQUEBOURG à FIRELIN

2.269

17 août 1693

Monsieur,

Je me suis informé de LA ROCHE en quelle manière il avait ouï
dire au Père Hyacinthe, étant à faire le prône, qu'il y en avait qui
prenait des gouverneur ou Commandant pour parrain de leur enfant, ledit LA
ROCHE nous a dit (en) présence de MUSSARD et BEDA que le Père avait dit
au prône qu'il y en avait qui avaient gardé leur enfant longtemps sans
baptiser en attendant un gouverneur à venir pour être parrain de leur
enfant, et pour avoir un morceau de terre, d'autres pour avoir quelque
intérêt ou profit, ou pour être favorisés de quelque chose.
Je me suis informé de plus si le Père Hyacinthe ne l'avait pas
sollicité l'an passé à donner sa voix ou suffrage pour faire MUSSARD
prieur, il nous a dit que oui, et bien plus, que le Père lui avait
encore dit de dire à François NATIVEL qu'il donnât  aussi sa voix pour
faire MUSSARD prieur, et que le Père même avait été l'an passé
le long des roches jusque chez Georges DAMOUR, et lui avait dit de
donner sa voix pour MUSSARD; où Georges DAMOUR a fait réponse au
Père qu'ill n'était pas de la confrérie, L'ÉVEILLÉ m'a dit aussi que le
Père lui avait dit l'an passé qu'il donnât aussi sa voix pour
MUSSARD, et qu'il avait rendu beaucoup de services à l'Eglise. Nous
avons ouï de Suzanne de LA COSTE, Isaac et moi étant cachés, et MUSSARD
qui lui parlait, lui demandant s'il n'était pas vrai qu'elle avait
dit audit MUSSARD qu'elle avait gardé la clef de l'église du temps
que le Sr CAMENHEM, prêtre, était allé à Ste Suzanne; la dite
DE LA COSTE a dit que non, qu'elle ne lui avait point dit cela, et que si
elle lui avait dit, il fallait qu'elle fût soûle. J'ai oublié de vous
mander dès que le parti est arrivé, j'ai retiré leurs munitions à la
réserve de la cinquième partie de poudre et balles qui est
consommée,  et ont tué deux chiens marrons à la Rivière St Etienne.
J'ai dit à ROUILLARD de votre part de rappeler sa mémoire, que s'il
avait connaissance de quelque chose qui nous portât préjudice, de 
nous en avertir. Je vous envoie une déclaration de la femme
ST-HONORÉ signée de trois témoins, et vous verrez ce qu'elle
contient. C'est ce que je vous puis mander pour le présent, vous
priant de me croire être à jamais,

    Monsieur,				votre très humble et très obéissant et
					obligé serviteur. RICQUEBOURG.
De St Paul, ce 17e août 1693.

C2620-1_0270 A Monsieur, Monsieur FIRELIN Commis Pour Sa Majesté Très Chrétienne en l'Ile de Bourbon au Fort St Denis A St Denis
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence