Procès Vaubulon

Lettre du père Hyacinthe à FIRELIN

2.259


Monsieur,
Je reçus hier l'honneur de la vôtre avec celle de Mre ROYER où j'aperçois qu'il
a quelque chagrin dans le coeur. Je regrette que vous lui ayez mandé ce que j'avais répondu
à L'EUROPE et ? parce que je le connais pour un esprit délicat, au reste vous voyez
par sa lettre qu'ils sont encore près, puisque ils découchent ici. J'espère, Dieu aidant, être jeudi de
bonne heure à St Denis et samedi prochain à Ste Suzanne pour épouser dimanche ou
lundi au plus tard Mre NONÈS et Mlle MANGUE et ensuite je viendrai à St Denis
pour en faire autant à ceux de Robert DU HAL, et cela fait, je me trouverai en
état de courir au plus tôt à l'aide de Mr LAUNAY et de Madame de la MUSSARDIÈRE
si leur mal s'augmente. Je renvoie PEDRON que mon compagnon m'a dit avoir
été débauché par Joanni lorsque vous l'amenâtes à St Paul depuis la 1ere fois
qu'ils s'abouchèrent; il a entièrement changé, mais je vous assure que si je me
mets une fois après Joanni je lui ferai raser la tête, et ensuite tricoter
de si bonne façon que celui de Nulman ?, on m'a ici raconté que c'est un
grand fripon, il ne faut pas s'étonner si le canot a tant tardé à retourner :
ils l'ont fait expressément car ce coquin de Joanni étant venu porter des citrons
à LAUNAY, fit le tour de l'étang et dit partout qu'il ne partirait pour St Denis
que le vendredi au soir pour y être le samedi matin. Il faudrait toujours
envoyer NULMAN avec eux, et lui dire qu'en mettant pied à terre, il fallait
se charger de tortues ou autres chasses, et s'en retourner incontinent à St
Denis quand le temps le permettrait. Il faut répondre à Mr de VAUBOULON que si
Dieu et le Roi permettaient des coups de fusil à la tête, qu'il y a longtemps
qu'on le lui aurait fait. Je m'aperçois dans toutes les maisons de St Paul ou
peu s'en faut, qu'ils ont a présent des tasses d'argent à boire, et leur ayant demandé
d'où ils les avaient eues, ils m'ont répondu qu'ils les ont il y a longtemps mais qu'ayant
qu'ils les cachèrent lorsqu'ils virent que Mr de VAUBOULON prenait et
s'accommodait de tout. Le temps, la mort et la mer ont toujours été ici fort
doux. Je vous prie d'envoyer Domingue ici en la place de ce jurogne
de Pedron, qu'il faut châtier tous les jours. Notre compagnon et tous
nos messires vous saluent, et moi pareillement, tous ceux de notre table
et du Butor, et continue de tout mon coeur

    Monsieur											FIRELIN
F. Hyacinthe de Quimper
ESNOUF					Votre très humble
					S(erviteur) F. Hyacinthe de Quimper C.
			M . CHEREIL
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence