Procès Vaubulon

Lettre de LEMAR?

2.566

? donnez-vous, s'il vous plaît, la peine, Monseigneur, de faire savoir aux habitants
de St Denis et de Ste Suzanne que j'ai mis au vendredi 10e de ce mois,
fête de St Laurent, pour recevoir les enchères et à sauver les habitations
du Roi et de la Compagnie, auquel jour je serai à terre et passerai les 
contrats avec ceux qui en donneront le plus.
Comme je vous ai promis de vous envoyer ma chaloupe à St Denis dans
le temps que vous auriez été en état de vous embarquer, je vous donne 
avis que notre départ sera à la fin de ce mois et que nous n'avons 
point de temps à perdre non plus que le Sieur BIDON, en cas que vous
soyez toujours dans la même résolution que vous m'avez témoignée
à passer en France, et pour cet effet, je vous envoie cet exprès
afin d'avoir de vous et dudit Sr BIDON une réponse positive par 
le même exprès que vous expédierez incessamment.
La Zélande ayant laissé une ancre et un câble à St Denis, sa chaloupe
et celle du Médemblik iront des premiers jours les chercher et comme
les matelots qui descendront à terre pourront mettre la main sur les
cabris, cochons et volailles qui sont de reste à St Denis, il est à propos
de les éloigner afin qu'ils ne les trouvent point et au plus tôt. Si le
Sieur PONTHO est dans ce quartier, vous lui direz cela de ma part, et qu'il
ne manque pas de se rendre ici au plus tôt.
Disposez tous vos papiers sans rien oublier, et pressez-vous à rendre compte,
et vous recevrez plus de satisfaction en France.
En écrivant la présente, je viens de recevoir la vôtre du 25 du passé par la-

2.567 quelle vous me faites savoir que les nègres ont abandonné le service sans permission, si je les avais je les enverrais au plus vite, mais ne sachant où ils sont, je les ferai chercher pour recevoir les ordres de celui qui a soin des habitations; à l'égard de votre personne, votre unique soin doit être à présent de vous rendre ici pour vous embarquer ou pour rendre compte de ce que vous avez administré, reçu ou payé, même pourront défendre votre cause, car plusieurs vous chargent rudement, c'est ce que je vous dis en ami. Monsieur BIDON qui n'a pas fourni son compte dans l'état et le détail qu'il doit être, a oublié plusieurs articles, c'est pourquoi il est nécessaire qu'il s'en vienne au plus vite, mandez-moi incessamment le jour que je veux envoyer ma chaloupe à St Denis. Les ouvriers me persécutent, pour les satisfaire envoyez-moi ou apportez au plus vite leurs comptes desquels vous ne me dites rien dans votre lettre, cependant cela presse et ne pensez pas vous en railler. Je suis fort obligé à Mons ROYER de ses civilités, et dites-lui, s'il vous plaît, que je fis résolution sur-le-champ sur tout ce qu'il me dit et il me permettra de lui dire qu'il ne réfléchit par lui-même de vouloir à son âge entreprendre un si long trajet avec toute une famille qui ne pourrait être que très mal passée et incommodée de toute manière. Puisqu'il a de quoi payer son passage, avec la dépense qu'il pourrait faire de se rendre du Brésil en Portugal, pour aller chercher ses enfants en France, il ferait mieux de le manger en repos sur son habitation, à la (paix ? ) de ce que la tere lui produirait; qu'il ne se flatte pas, il n'est plus
2.568 en âge, tout vigoureux qu'il pourrait se trouver, de supporter un si long trajet, et le tintamarre qu'il y a continuellement dans les navires; Monsieur ROQUES, qu'il a peut-être connu, lui doit servir d'exemple, lequel s'embarqua avec moi il y a 3 ans à Suratte contre le sentiment de tous ses amis, le 8e jour il était tout fatigué du mouvement et du bruit du vaisseau, le 16e jour après notre départ, je le fis jeter à la mer bien mort qu'il était. J'ai besoin de l'inventaire duquel le Sr BIDON était chargé, aussi bien que du dernier fait, et au plus tôt: - Un mémoire de ce que les habitants doivent; - Une liste de ceux qui ont des armes et munitions de la Compagnie; - Une autre liste de ceux qui doivent annuellement quelque chose suivant les contrats que Monsr de VAUBOULON leur a donnés; - le Règlement pour la punition des Noirs et autres déserteurs dans les bois. N'oubliez pas des oranges cueillies à la main et portées en des paniers. Vous trouverez ci-joint deux affiches, l'une pour St-Denis, et l'autre pour Ste-Suzanne, signées de Monsieur SERQUIGNY, lesquelles vous ferez publier et afficher sans faute, desquelles vous m'enverrez, s'il vous plaît, un reçu à même import que la réponse de la présente, et songez à ous rendre ici. Vous me trouverez, Monsieur, prêt à vous marquer que je suis votre très affectionné serviteur LEMAR? Je salue Mr ROYER et toute sa famille et Monsr BIDON

Fin du dossier



Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence