Procès Vaubulon

Réponse de Michel FIRELIN au Père Hyacinthe

2.395

				Pour Michel FIRELIN
				défendeur et accusé, contre Monsieur
				le procureur du Roi du Siège Présidial de
				Rennes, et autres accusés.

FIRELIN		Est dit à la Justice que les prétextes de voeux
				et habit de capucin du Père Hyacinthe que l'on
				a pris pour rendre les coeurs sensibles et
				disposer les esprits à recevoir les impressions
				funestes qu'il fait publier par tous ses émissaires
				contre ledit FIRELIN, par un factum auquel on
				n'a pas le temps de répondre, sont grands et 
				spécieux en apparence, et d'un autre côté par
				la diversité des états des accusés, on en
				veut tirer des soupçons, des conjectures contre
				ledit FIRELIN qui n'est coupable que parce que
				le Père capucin le veut noircir.

				Mais il n'est pas sans exemple que
				des religieux et missionnaires ayant
				quitté la clôture changent d'esprit, et en apparence 

2.396 abusant, et le Père Hyacinthe n'est pas le premier des religieux contre qui on ait formé des accusations capitales; il n'y en a que trop d'exemples, et quelque fausses couleurs recherchées qu'il puisse donner, il passera toujours au travers de ces faux nuages, que le mensonge et l'imposture élèvent, que ce fut lui qui médita et résolut de faire arrêter le Sieur de VAUBOULON, et ordonna aux habitants et ouvriers de le faire. Aussi, quelque déguisement qu'il ait pu faire,  il a été forcé de reconnaître qu'il le conduisit et le fit mettre dans le cachot dont il veut insinuer que ledit FIRELIN fut l'auteur, contre ce que le Père capucin a reconnu et signé, dans un temps qu'il prévoyait pas cette accusation, dont pour se décharger par des discours étudiés, il s'efforce d'insinuer que ce qu'il en fit ne fut que pour empêcher qu'il fût arrivé plus grand désordre, par un étrange changement.
2.397 Le Père capucin ne tenait pas alors ce langage, et quelque chose qu'il puisse dire, il ne peut pas détruire ce qu'il a reconnu et signé par son procès-verbal, et par ses lettres, entre autres par celle du 26e 9bre 1690 annonçant (?) qu'il venait de le faire arrêter. Il convient que le dix-septième octobre 1690, FIRELIN alla le trouver à Sainte Suzanne pour le prier de faire sa paix avec le Sieur de VAUBOULON qui lui avait donné des coups de canne, et il est prouvé qu'il ne fut que trois à quatre jours qu'il ne retournait audit Sieur de VAUBOULON, sans avoir fait des assemblées avec les habitants; il est reconnu qu'il n'avait été à cette Ile de Sainte Suzanne, qu'il n'y connaissait personne, ce qui fait bien présumer qu'il ne sollicita à arrêter le Gouverneur, au contraire, le Père capucin a reconnu
2.398 que FIRELIN était allé le trouver pour faire sa paix avec le sieur de VAUBOULON et qu'il le fit, ce qui marque qu'il avait bien d'autres sentiments que de faire une conspiration contre lui. Les lettres produites justifient que le Sieur de VAUBOULON lui donna ses ordres depuis, et il ne se trouvera pas informé que du depuis, il soit retourné à Sainte Suzanne ni fait aucune assemblée avec les personnes qu'il ne connaissait et avec lesquelles il n'avait l'habitude. C'est une imposture que FIRELIN ait fait aucun complot d'arrêter le Gouverneur chez le nommé ROYER sous prétexte d'épouser sa fille qu'il ne connaissait, et même ne pensait au mariage, elle n'avait alors que neuf à dix ans, et le Père capucin sait que FIRELIN n'y pensa ne pas épouser
2.399 qu'au mois de mai 1694, et qu'il l'épousa le quatrième juin, et non en 1691 comme l'avance le père capucin contre la vérité, leur ayant administré le sacrement. FIRELIN qui n'avait de connaissances ni d'habitude à Sainte Suzanne ne peut être soupçonné d'avoir fait une conspiration avec les habitants, n'étant pas retourné à Sainte Suzanne où le père capucin, étant le tout puissant, il lui fut facile de faire la conspiration, étant animé dontre le sieur de VAUBOULON, ce qu'étant, il est vrai de dire que ce fut le Père capucin qui fit le complot et la conspiration, étant animé Il se voit par des mémoires écrits de la main du sieur de VAUBOULON, qui se plaignait du Père Hyacinthe, que c'était un moine qui avait du bel extérieur de dévotion, étant à charge au Roi et aux
2.400 habitants, et qui, en établissant sa besace (?) prenait des mesures pour diminuer l'autorité du Gouverneur, et qu'il prêchait pour empêcher les habitants d'obéir au Gouverneur, qu'il était un ignorant, emporté et violent, et autres termes qui marquent manifestement qu'ils n'étaient d'intelligence, au contraire, que le Père Hyacinthe avait conçu de la haine et de l'aversion contre ledit sieur de Gouverneur, et pour preuve, quatre Met trois feui feuilles feuilles de papier et quatre cinq cartes de papier, et le tout de l'écrit et main du feu Sieur Gouverneur, A. B. coté. a B sept pièces fin neuf Ce Bon Père capucin ne vivait pas si religieusement, comme on le veut insinuer par son factum qui n'est
2.401 rempli que d'impostures et faux faits (contraires ?) dont il n'est pas concevable, comme il a le front de les avoir fait imprimer, et si l'on donnait le temps d'approfondir les preuves, il se trouverait convaincu d'avoir fait le complot et conspiration dudit FIRELIN qui n'y a eu aucune part. Il a conçu de la haine contre ledit FIRELIN même parce que ledit FIRELIN rapporta un procès-verbal du 28e 7bre 1692 des violences qu'il avait fait, et des mots injurieux qu'il avait proférés, en appelant des particuliers coquin et cornard, en jurant et blasphémant, donna des coups de bâton, en disant qu'il les ferait tous pendre et autres menaces, lequel procès-verbal est signé de quatorze personnes, et pour le justifier,
2.402 B. C. une Met par original le procès-verbal pièce dudit jour 28e 7bre 1692, coté B C Depuis le procès-verbal, il conçut une haine implacable et mortelle contre ledit FIRELIN, ce qu'étant, on ne doit ajouter foi à tout ce qu'il dit contre ledit FIRELIN, c'est néanmoins un bon religieux qui n'a pensé qu'à travailler pour les allies salut des âmes. Si l'on veut ajouter foi à son factum, il faut que ce religieux capucin ait résolu de perdre FIRELIN quoique innocent, ayant par une imposture avancé que le sieur de VAUBOULON avait été empoisonné, quoiqu'il n'y ait de preuve, et lorsque le procès-verbal de LEROY chirurgien fasse preuve du contraire, n'étant mort que d'une maladie, le Père Hyacinthe ne
2.403 cherchait, ni aussi FIRELIN, que le conserver pour l'envoyer en France. Si l'on avait le temps d'instruire, il serait facile d'informer que le père Hyacinthe ne vivait pas dans l'étroite obéissance observance, mais comme cest un Gouverneur, et que les habitants étaient ses créatures, et le procès-verbal qu'il fit lui donna le démenti de ce qui est supposé par son factum, puisqu'il a reconnu que ce fut lui qui résolut d'arrêter le Gouverneur, ce qu'il fit ayant fait son complot avec ceux qui vinrent à Saint-Denis, et quelques allégations qu'il puisse faire, elles ne peuvent détruire la vérité qu'il a reconnue et répétée en plusieurs endroits de son procès- verbal qu'il fit et dressa lui-même, et que ce fut sur s parole et ses ordres qu'il fut arrêté, qu'il cesse donc de dire
2.404 que ce fut FIRELIN qui le fit arrêter puisque le père capucin le fit arrêter sur les plaintes des habitants qui lui donnaient tous leurs biens en garde, ainsi qu'il l'a reconnu, le père capucin écrivit à FIRELIN en 1691 qu'il dirait le lendemain pour remercier Dieu de l'emprisonnement du Sieur de VAUBOULON fait à pareil jour, et qu'en le faisant bien garder, il n'y aurait rien à craindre de tous ceux dont ils étaient menacés, comme le père capucin lui avait écrit dès le mois d'avril que le sieur Gouverneur ne cherchait que les moyens de se défaire d'eux, croyant par leur mort avoir sa liberté, et lui donnant ainsi de se tenir bien sur ses gardes, ce qui fait voir quel était l'esprit de ce père capucin.
2.405 Mais enfin, quelques impostures et faux faits qu'il puisse alléguer, cela ne peut prévaloir à la vérité reconnue dans un temps qu'il était en liberté, et qu'il rendait témoignage public de la vérité, et qu'il se chargeait du crime s'il y en avait eu, cette action toute innocente qu'il croyait faire pour l'intérêt de Sa majesté, et le bien et repos publics, et autres motifs portés par sondit procès- verbal, et aujourd'hui par un étrange changement, il veut imputer à FIRELIN d'avoir fait le complot d'arrêter le Sieur Gouverneur contre la vérité des faits qu'il reconnut et signa, la lecture de sondit procès-verbal en fait la conviction des suppositions et de son imposture.
2.406 FIRELIN avait la Commission et son emploi, c'était un jeune homme qui ne peut être soupçonné d'une telle entreprise, dont il n'y avait que le père capucin qui en fût capable; il avait fait de longs voyages, en Turquie et ailleurs, c'est un homme de tête et hardi, et de résolution à tout entreprendre, et au contraire FIRELIN qui était âgé de vingt ans et sans expérience n'en était capable, et cela ne lui pouvait pas tomber en la pensée. Il faut donc que le père capucin confesse que FIRELIN est tout innocent dont il le veut charger, sans crainte de perdre un innocent par son faux témoignage prouvé par sondit procès-verbal dont la Justice est suppliée de faire la lecture, et des autres pièces.
2.0407 Le Père capucin avec ceux de son parti le veulent faire passer pour coupable des faits dont il est innocent, ce n'est point de supposition quand on a dit que le père Hyacinthe nomma les juges pour LA CITERNE, et qu'il donna l'autorité à FIRELIN d'avoir deux voix, mais il ne voulut pas être des juges aussi ne se trouve-t-il pas qu'il ait signé la condamnation. Il serait à souhaiter pour l'innocence de FIRELIN que le procès fût instruit dans l'ile de Bourbon, la vérité se découvrirait, et que le père Hyacinthe ait est le menteur et l'auteur de ce que fait a été, ce qu'étant, il ne serait pas juste de pendre un innocent.
2.408 sur des impostures et faux faits contraires (?) et médités et publiés pour mieux disposer les esprits à de funestes impressions contre un innocent qui n'espère pas que la Justice éclairée donne à la préoccupation, mais qu'elle se portera à examiner la vérité des faits, et touchée de compassion, qu'elle lui adjugera les fins et conclusions. FIRELIN
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence