Procès Vaubulon

Destitution de Michel FIRELIN

2.206
		29e avril 1694

F

Ce ving-neuvième jour du mois d’avril
mil six cent nonante et quatre,

Nous tous habitants de l’Ile de 
Bourbon, nous sommes assemblés pour
sommer les Sieurs FIRELIN et ROYER chirurgien,
et Marc VIDOT et Jean BIDON de se vouloir
rendre avec nous pour aviser et
conclure une bonne paix, et voir avec 
lui qui sont les Chefs de tant de crimes
et injustices qui se sont commises et
se commettent actuellement dans l’Ile
jusqu’à présent, et pour mettre fin à
ce désordre. Nous voulons et prétendons
que ledit Sieur FIRELIN soit destitué,
cassé et annulé de sa charge de
Commandant dont nous l’avions
établi, et nous lui promettons
qu’il ne lui sera fait aucun tort ni
insulte, mais bien suivra sa commission
et engagement qu’il a de la Royale
Compagnie de France, sans prétendre
ni attenter davantage à aucun pouvoir
ni commandement sur aucun des habitants
de l’Ile, et nous avons signé : Jullien DALLEAU
Jacques FONTAINE, Robert DU HAL, Etienne HOARAU,
François GRONDIN, Jacques BARRIÈRE

2.207 Anthoine BELLON, François COZAN, François NATIVEL, Jean ? Henry HOARAU la marque + Gilles DALMOND marque + de Michel FREMOND marque + Georges DAMOUR marque + Julien ROBERT marque + de Jean JULIEN marque + Jean BRUN marque + Jean PIVOT marque + Noël ? marque + Gilles DUGIN marque + François DUHAMEL marque + Pierre MARTIN marque + Jean ? marque + Louis CARON
2.208 Le vingt-neuvième jour d’avril 1694 Suivant la sommation à nous faite pour Jacques HERUY, maître charpentier de navire de la part des habitants de l’Ile Bourbon de nous rendre avec eux pour traiter et conclure une bonne paix, et voir avec nous qui sont les chefs de tant de crimes et injustices qui se sont commis et se commettent actuellement, et que nous leur dédions le commandement de ladite Ile, nous promettant tous qu’il ne nous sera fait aucun tort ni insulte, et que nous la Commission et engagement que nous avons de Messieurs de la Royale Compagnie de France, nous leur déclarons que nous sommes tout prêt d’obéir à leur sommation, et qu’ils nous obligent de se charger dudit Commandement qui ne nous a causé que du déplaisir et du chagrin jusqu’à présent, ne demandant pas mieux que de faire notre possible à terminer une bonne paix dans ladite Ile, priant Dieu qu’elle puisse subsister si elle y est un jour bien établie, nous reposant sur la promesse qu’ils nous font qu’il ne nous arrivera aucun mal, et qu’il ne nous sera fait aucun tort ni insulte, en foi de quoi nous avons signé ledit jour et an que dessus FIRELIN J. BIDON ROYER marque + A marc VIDOT
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence