Procès Vaubulon

Interrogatoire de Jacques BARRIÈRE

1.261

Barrière

L’an 1697, le vingt-quatrième jour du mois de mai, nous, Louis BECHAMEIL
ch(evalier) et Marquis du NOINTEL, Conseiller du Roi en Ses conseils, Me des Requêtes
de Son Hôtel, commissaire départi par S.M. pour l’exécution de ses ordres en
Bretagne, et en cette partie par arrêt du Conseil d’Etat du 23 mars dernier
étant en la Chambre Criminelle du Présidial de Rennes, où étaient aussi
les Srs Officiers dudit Présidial, en la personne du Sr LE…… 
Sr du CORONNET, Sénéchal,

Tous assemblés pour l’exécution de l’arrêt du Conseil, où, après avoir
procédé à l visite du procès criminel  extraordinairement fait  et parfait
à la requête du Sr GREFFIER, procureur du Roi audit siège, en la pré(sente)
commission contre Michel FIRELIN, le Père Hyacinthe de Quimper,
Robert DU HAL, Jacques BARRIÈRE, Julien ROBERT, Marc VIDOT et autres
leurs complices, avont mandé ledit BARRIÈRE, accusé, lequel étant sur la
sellette, et de lui le serment pris de dire vérité, a été par nous interrogé
ainsi qu’il ensuit.

Interrogé de son nom, âge, qualité, demeure et religion,
a dit avoir nom Jacques BARRIÈRE dit DES ROCHERS, ci-devant habitant de
l’Ile de Bourbon, âgé de quarante-cinq ans ou environ, natif de la ville
de Limoges, à présent détenu prisonnier en les prisons de la ville de Rennes,
et être de la R. C. A. et R.


Interrogé,
a dit n’avoir entendu parler de l’emprisonnement dudit Sr de
VAUBOULON que le jeudi précédant le dimanche de l’emprisonnement,
que ledit Sr de ? étant allé saluer ledit P. Hyacinthe,
capucin, il lui demanda pourquoi il n’avait encore pas ? 
arrêté ledit Sr de VAUBOULON lorsqu’il fit emprisonner
le nommé Arzur, et que s’il y avait été, il l’aurait fait lui-
même mettre en prison avec les ouvriers.

	1e page
	BECHAMEIL				J. BARRIÈRE

1.262 Interrogé, A dit que le nommé DU HAL fut envoyé avertir ROYER du Qu(artier) de Ste Suzanne de venir le samedi au soir à St Denis avec d’autres habitants, et qu’il ne sait si FIRELIN et le P capucin donnèrent l’ordre, mais qu’il étaient tous deux ensemble. Interrogé, A dit que robert DU HAL, ?, VIDOT et LA ROCHE furent nommés par ledit [P. Cap] pour arrêter ledit Sr de VAUBOULON et que lui répondant arrêta le nommé BIDON dans l’église. Interrogé, A dit ne se point souvenir d’avoir donné ordre d’envoyer lier ledit Sr Gouverneur, ni de l’avoir lié lui-même, qu’il l’accompagna jusqu’au logis du Roi, et que le P Capucin y était, et qu’un ouvrier de la Compagnie mit les fers aux pieds dudit Sr de VAUBOULON, ne sait ? par l’ordre de qui il les lui mit. Interrogé, A dit que ledit Sr Gouverneur se sentant arrêté dit audit P. Hyacinthe: 'sauvez-moi la vie', et que ledit P. Hyacinthe ôtant son aube dit: 'amarrez-moi ce voleur'. Interrogé, A dit que quand le Gouverneur eut été conduit au cachot, on retourna à l’église où la messe fut dite et le Te Deum chanté, que l’on tira le canon et l’on fit arborer le pavillon. 2e page BECHAMEIL J. BARRIÈRE
1.263 Interrogé, A dit que lui répondant fut un des juges du nommé LA CITERNE, que ledit P. Hyacinthe était avec ledit FIRELIN dans le chambre où se fit où il nomma les juges, que FIRELIN écrivait, qu’ils furent ensuite dans une petite chambre où se fit ledit jugement, que les interrogatoires furent procédés pour ledit LA CITERNE, en présence dudit FIRELIN et d’une grande partie des habitants, qu’il ne donna point la voix, mais qu’il signa le jugement ?. Ledit P. Hyacinthe dit que puisque il avait conspiré contre l’Eglise il méritait la mort et que quand des habitants vinrent rapporter qu’il pouvait être demandé audit P. Capucin la grâce de LA CITERNE, il les avait refusés. 3e demie page Lecture à lui faite du xxx présent interrogatoire, a dit que ses réponsescontiennent vérité, y a persisté et signé. BECHAMEIL Jacq J. BARRIÈRE
Document suivant

Ce site est hébergé par
Yannick VOYEAUD 1995-2017
Vous pouvez m'aider à vous offrir davantage.

Lien vers le wiki de la licence